lundi, septembre 20, 2021
Accueil Blog

Vidéo du début de ma chaîne Youtube

Je l’immense plaisir de vous présenter ma nouvelle chaîne Youtube.

Dans cette nouvelle chaîne, je vais principalement vous parler du monde de développement des applications mais aussi d’autres thematiques telles que les mangas, la littérature, la science, le tourisme, le life style etc.

Je vous laisse découvrir la vidéo 😉.

DÉVELOPPEMENT PARTICIPATIF

potager
Depuis quelques années, je reste très persuadé que le meilleur modèle développement qu’il faut pour nos nations africaines et en particulier la RDC, c’est le modèle du développement participatif dont les fondements sont posés à la base et non au Sommet.
Dans un contexte où tous les fondements sont renversés dans une société comme la notre(en RDC), nous pouvons beau nous plaindre, faire des marches de protestation ( ce qui n’est pas mauvais d’ailleurs), faire de posts sur les réseaux sociaux et des articles sur des blogs des discussions pour se victimiser dans le but de conscientiser les différentes classes dirigeantes qui sont passées dans ce pays, il n y aura presque jamais des résultats concrets attendus simplement parce que plusieurs sont encore sous les chaînes de la cupidité, de la méchanceté, de la haine, de l’égoïsme et de la convoitise.
Un mot me revient beaucoup à l’esprit à ce sujet, c’est le mot “SACRIFICE”… Et oui, pour le bien communautaire d’un peuple, il faut soi-même accepter de faire des sacrifices en temps, en énergie, en argent et d’autres ressources qu’on peut disposer naturellement..
Tu peux être fonctionnaire, salarié dans une entreprise privée, commerçant, entrepreneur, scientifique et autres qualités, rien ne nous empêche à commencer à se muter en des collectifs ou coopératives pour résoudre à notre niveau les besoins réels constatés dans votre secteur ( Loin de moi l’idée de toutes les ONG cupides qui naissent à la recherche de financement extérieur sans poser des vraies bases dans la société).
Par cet article, j’aimerais rendre hommage à tous ceux-là qui malgré toutes les charges sociales et défis quotidiens qu’ils font face n’aménagent jamais des efforts quand il s’agit de l’intérêt communautaire, en particulier je vais citer la coopérative MABELE COOP pour la promotion et distribution des produits locaux avec la perspective d’une chaîne de 50 super marchés à Kinshasa, SÉNEVÉ NETWORK l’initiation à l’esprit entrepreneurial à la jeunesse avec plus de 200 jeunes formés, encadrés et suivis depuis 4 ans, YES AFRICAN l’apport de nos langues maternelles dans notre système éducatif, GLOBAL SPORTS PROMO vendre le potentiel congolais dans le domaine du sport, ELSHADDAI la promotion de la culture de l’autosuffisance alimentaire avec les techniques de l’agriculture dans des sacs et plusieurs autres initiatives que vous pouvez même identifier à votre niveau.
Toutes ces actions semblent encore isolées parce qu’il faut encore un peu de temps pour qu’elles grandissent, qu’elles se fédèrent entre elles jusqu’à un moment où ceux qui sont au sommet du pays n’auront plus de choix si ce n’est d’apporter des mesures d’accompagnement pour amener ces prouesses à un niveau plus étendu à l’échelle nationale.
Si nous peuple nous sommes sans force face aux décideurs, voilà là où se trouve notre force à long terme si on prend réellement conscience même
si nous sommes dans un système longuement et hautement corrompu.

Ce que j’aurais voulu connaître avant de devenir un développeur informatique

informatique - frendlyblog

Il existe beaucoup de clichés sur le métier du développeur informatique. Celui-ci résout ou crée des solutions en un temps record ou encore qui s’enrichit en un rien de temps en créant une application comme Facebook.

Avant d’entrer commençons par définir qu’est-ce qu’un développeur informatique.

  1. Définition d’un développeur informatique

Il existe de nombreuses définitions sur un développeur informatique 😉. En résumé ce que nous pouvons dire est qu’un développeur informatique est un créateur des sites ou des applications en se servant d’une technologie (WordPress, …) ou d’un langage de programmation (JavaScript, C#, Java, …)

  1. Types de développeur informatique

Avec l’évolution exponentielle de la technologie, les domaines de spécialisation des informaticiens ne font qu’accroître. Pour ce point nous allons énumérer quelques-uns des types des développeurs informatiques les plus répandus qui existent :

  • Développeur Web

Appelé aussi développeur Front-End, le développeur web réalise l’ensemble des fonctionnalités techniques d’un site ou d’une application web. Technicien ou ingénieur, il conçoit des sites sur mesure ou adapte des solutions techniques existantes en fonction du projet et de la demande du client.

  • Développeur Back-End

A la différence du développeur Front-End, le développeur Back-End ne s’occupe pas de l’aspect ergonomique du site mais de l’aspect technique et fonctionnel. Il travaille dans l’ombre.

  • Développeur Software

En soi un développeur Software signifie être capable de concevoir des applications aussi bien pour le web, les mobiles ou les tablettes.

Toutefois ce dernier est différencié des autres sur le point plateforme cible. Le développeur software est appelé à développer des logiciels qui tournent directement sur un système ou un ordinateur contrairement aux développeurs web qui travaillent sur le web.

  • Développeur mobile

Contrairement à ses compères cités ci-haut, Le développeur mobile est un développeur spécialisé dans la création des applications destinées à être utilisées sur des supports mobiles tels que tablette et Smartphone.

  • Développeur DevOps

L’appellation « DevOps » correspond en réalité à la contraction des termes « développement » et « opérations ». Ce nouveau métier qui a récemment fait son apparition sur le marché de l’emploi, est une parfaite illustration de l’évolution du secteur de l’informatique. En effet, les enjeux des entreprises liés à la nécessaire transformation numérique font émerger de nouveaux besoins, et, a fortiori, de nouveaux profils capables de maîtriser plusieurs compétences à la fois. En ce sens, on pourrait dire que le DevOps combine les compétences du développeur web et de l’administrateur système 😎.

Ce profil à double compétence, donc, révolutionne la manière de concevoir des logiciels et des applications informatiques puisqu’autrefois, les ingénieurs en développement et en administration système travaillaient indépendamment l’un de l’autre.

  1. Différents niveaux des développeurs informatiques

Les développeurs sont également classifiés selon leur expérience ou compétence.

Selon cette spécification, ils sont généralement classifiés en trois catégories : les développeurs juniors, les développeurs confirmés et les développeurs seniors. Toutefois il existe un grand débat dans la communauté des développeurs pour spécifier les différents niveaux des développeurs.

  • Les développeurs juniors

Entre 0 et deux ans d’expérience, les développeurs juniors sortent généralement de l’école et ont peu d’expérience.

Ils ont généralement peu ou pas de responsabilité dans l’analyse et la conception de la solution.

  • Les développeurs confirmés

Ce niveau rassemble la majorité des développeurs.
Les développeurs confirmés produisent environ 80% du code total de la solution.
Ils connaissent l’ensemble du cycle de développement, les problèmes classiques et comment les éviter dans leurs prochains codes. Leur action est efficace car ils ont du recul et de l’expérience 🙂.

Ils peuvent être chargés de la conception d’une partie du puzzle.
Ils ont identifié ce qu’ils ne connaissent pas encore et ils travaillent pour combler ces lacunes.

  • Les développeurs seniors

Un expert dans une technologique donnée est la personne à qui sera attribuée les tâches les plus difficiles, car lui seul sait comment les résoudre.

Il est le responsable de la conception. C’est lui qui décortique les spécifications d’un logiciel pour être en mesure de les expliquer à son équipe. Il connaît bien le domaine d’activité dans lequel il évolue, cela lui permet de réfléchir à des problèmes que d’autres ignorent, tels que des questions réglementaires et juridiques.

Il a déjà vu des nouvelles technologies prometteuses apparaître, intégrer son espace de travail puis disparaître quelques mois après. Cela l’a rendu prudent, sans pour autant être réfractaire au changement.
C’est un débugueur hors pair, il s’est déjà heurté à quasiment tous les problèmes et a trouvé des solutions 😎. Lorsqu’ils se reproduisent, il sait où chercher en premier.

  1. Les 4 éléments à connaitre avant de se lancer dans le métier de développeur informatique

Après avoir fait un résumé sur le métier du développeur informatique, nous entrons maintenant sur le vif du sujet.

Personnellement j’aurais aimé connaître ces choses avant de me lancer dans le monde du développement informatique. Suite à mon expérience personnelle et aux témoignages ou articles d’autres développeurs, j’ai résumé la liste des choses impérativement à connaître à quatre. Ces points se présentent comme suit :

  • La volonté (passion)

La volonté est et restera le carburant par excellence pour se lancer dans n’importe quel domaine ou métier, l’informatique n’en est pas épargnée 💪.

  • La curiosité

L’informatique évolue de manière phénoménale. Vous n’avez qu’à observer comment les autres métiers se digitalisent autour de vous, à combien plus fort vous qui êtes sensé être au four et au moulin.

Le monde de l’informatique est tellement dense que vous êtes obligé de vous mettre constamment à jour 🧐.

Remarque : vous n’êtes pas obligé de tout apprendre mais vous devez connaître les nouvelles tendances particulièrement de votre domaine.
  • Le travail

Dans ce métier le travailleur surpassera toujours le talentueux négligeant. Très souvent on fait le parallélisme si être bon mathématique fera de vous un excellent développeur.

Un autre piège est que les débutants passent énormément du temps à reproduire des vidéos YouTube.

Au vu de tout de ce qui est dit ci-dessus, quel serait alors les ressources appropriées pour un débutant ?

Personnellement je conseillerai aux apprentis développeurs de commencer avec les notions de base ou rudimentaires (formations, PDF ou vidéos) sur les technologies de leur choix, ensuite reproduire quelques vidéos YouTube sur des projets et finalement passer à réaliser un projet personnel concret ou un projet soumis par une tierce personne.

Notez que l’informaticien qui apprend par projet aura toujours une longueur d’avance sur celui qui s’éternise sur des vidéos YouTube. Car celui qui apprend par projet, rencontre beaucoup des réalités pratiques que vous ne rencontrerez pas forcément sur des vidéos YouTube, des astuces et du point de vue mental il devient de plus en plus fort et confiant.

  • Le mental

Nous pouvons résumer ce point en cette phrase : « être développeur ne pas juste coder »

Ce point est malheureusement le cimetière de beaucoup des développeurs 😭. Contrairement aux apparences, dans ce métier vous serez souvent amené à affronter le stress. Celui-ci peut venir de diverses sources : des bugs lors du développement (la plus courante), des difficultés à réaliser certaines tâches (très courante également), des critiques négatives, etc.

Le monde de l’informatique est un monde des passionnés ! N’hésitez pas à prendre votre envol dans cet immense océan !

 

La Congolaise des Services, Factoring et Crédit-Bail, « COSFAC » organise le premier salon Kinshasa Emplois et Entreprenariat pour jeunes

frendlyblog-cosfac

La Congolaise des Services, Factoring et Crédit-Bail, « COSFAC » en sigle, organise le 1er Salon Kinshasa Emplois et Entreprenariat pour jeunes du vendredi 30 avril et 01 mai à l’institut supérieur du commerce, , Isc- Kinshasa, sur l’avenue de la libération, ex. 24 novembre à Kinshasa.

  1. QuidCosfac Sas ?

L’administrateur de la dite structure, Bienheureux Mputu, donne ici la quintessence de cette initiative.

Nous sommes la Congolaise des Services, Factoring et Crédit-Bail, « COSFAC » en sigle, société de droit Congolais créée en Février 2021 et inscrite au RCCM sous le numéro : CD.KNG/RCCM/20-B-00257, Identification Nationale : 01-839-N5787D, N° IMPOT : A2030388D.

  1. A un mois de la formation, voulez-vous nous rappeler à quoi ressemble cet exercice ?

C’est un exercice je dirai, pas facile à exécuter mais pas impossible, nous sommes en train de travailler avec les autres parties prenantes entre autres l’hôtel de ville de Kinshasa, pour finaliser la dernière main.

frendlyblog-dg-cosfac
DG Cosfac
  1. Qu’est-ce que vous visez en organisant une telle session ?

Le Salon Kinshasa Cliniques Emplois et Entrepreneuriat pour les jeunes est l’une des activités phares du Programme Cliniques Emplois et Entrepreneuriat pour les jeunes.

Le Salon est avant tout le lancement officiel du programme, il poursuit les objectifs suivants :

  • Former les jeunes sur la recherche et création d’emplois, les outils et moteurs de recherche de financement,
  • Poser des diagnostics sur la qualité de l’éducation en lien avec le chômage, mettre en relation les initiatives avec les investisseurs,
  • Promouvoir l’entrepreneuriat des et pour jeunes
  • Contribuer à l’autonomisation des jeunes par la formation et création d’emplois
  • Promouvoir les valeurs citoyennes et de bonne gouvernance
  • Mettre en place un mécanisme facilitant la formation, et l’intégration socioprofessionnelle des jeunes universitaires.
  • Plaider pour Obtenir un protocole d’accord avec l’Etat pour que les cliniques Emplois & Entrepreneuriat pour Jeunes soient intensifiées sur l’ensemble du territoire et que l’Etat mette un paquet pour la prise en charge salariale de certains jeunes à placer dans les entreprises privées pour se former
  • Plaider pour Obtenir des subventions de l’Etat et d’autres partenaires étatiques pour accompagner les jeunes entrepreneurs, et créer des micros entreprises pour occuper les jeunes sans profession
  • Mettre en réseau les jeunes entrepreneurs pour les échanges professionnels, regrouper les associations des jeunes par des réseaux d’emplois et entrepreneuriat
  • Communiquer aux jeunes les nouveaux outils à l’ère COVID
  1. Pensez-vous qu’après cette formation qui y participeront pourront bien se défendre une fois dans le marché de l’emploi ?

Bien évidemment, c’est une session de très haut niveau qui doit certainement rester dans les annales du gouvernement avec l’aide de Dieu.

Nous travaillons afin qu’elle soit une réussite parfaite et nous sommes déterminés à immortaliser cet événement.

 

  1. Pourquoi seulement les jeunes ?

Dit-on que la jeunesse c’est l’avenir de demain. Nous partons sur base d’une analyse faite et des données officielles montrent que la République Démocratique du Congo est classée parmi les Etats en situation de fragilité. Malgré son immense potentiel en ressources naturelles, la population est comptée parmi les plus pauvres de la planète avec un taux de pauvreté de 69%, sur environ 84 millions d’habitants dont 62 % soit 52 millions sont des jeunes.

Par ailleurs, le marché du travail au Congo est marqué par un fort disfonctionnement illustré à travers un accès limité des jeunes à l’emploi et à l’insertion professionnelle.

Si nous devons attaquer la pauvreté ou le chômage, les jeunes doivent être impliqués à une importance capitale.

  1. Quel document sanctionne cette session et qu’elle est sa valeur juridique ?

La question est importante, nous n’avons pas pensé à faire des certificats, brevets ou diplômes aux participants, non !

Vous savez c’est l’un des principaux problèmes qui rongent les jeunes universitaires sans profession, les jeunes étudient pour avoir des documents à brandir (diplômes, certificats, brevets), même si au fond de lui il y a l’incompétence les jeunes se contente à porter de papier.

Notre astuce pour le Salon c’est d’opérer les problèmes d’emplois et entrepreneuriat pour les jeunes, doter les jeunes des compétences du niveau international d’abord pour un bon positionnement sur le marché de l’emploi et dans le processus de création à la gestion des entreprises.

  1. Un mot ?

Grand merci pour votre support et intérêt à l’événement, j’invite les jeunes de se mobiliser, en raison d’endiguer la propagation de la COVID-19, nous n’avons que 200 places pour les jeunes sans profession et jeunes entrepreneurs sur un total de 250 places, l’inscription a été revue à 1$ pour les jeunes sans profession et à 20$ pour les jeunes entrepreneurs, je crois c’est une opportunité d’ouverture et de développement, saisissons-la.

Protégeons-nous bien

MON PLAIDOYER AUX PARENTS

pere_et_fils

Chers parents,
Les enfants qui viennent au monde par vous ont besoin de l’intégralité des choses qui leur sont essentielles pour leur propre vie et utiles à la communauté. Nourrir, vêtir, instruire, soigner l’enfant sont des devoirs incontournables pour un parent responsable mais il y a une étape de la vie des enfants qui nécessite d’aller au delà de ses besoins primaires, c’est l’étape de l’orientation sur des choix importants de la vie, choisir un domaine de formation,un métier, une profession, un partenaire pour la vie…A ce niveau, chaque parent doit être le premier coach de leurs enfants si et seulement si à la base chaque parent s’évertue à développer un autre regard sur leurs enfants, connaître leurs aptitudes naturelles, leur caractère émotionnel et psychologique, leur conception de la vie, leur foi… voyez-vous ? Vous avez une lourde responsabilité qui va bien au delà des obligations connues de tous..

Personnellement, je ne suis pas encore parent, ma petite expérience dans les milieux professionnels et des églises, m’a donné souvent l’occasion de suivre beaucoup de jeunes qui ont des sérieux problèmes dans l’orientation de leur vie, j’imagine donc ce que va être ma responsabilité future, je viens donc exhorter aux futurs parents comme moi et aux actuels parents, nous avons l’obligation d’être des modèles pour les enfants pour ne pas étouffer les potentiels de ces enfants au nom d’une mauvaise conception de l’autorité parentale mais d’arriver à être des personnes ressources sur lesquelles ils vont s’appuyer pour leur épanouissement..

La société a assez perdu des repères, la dépravation, l’inversion des valeurs, la médiocrité sont à leur apogée en ces siècles, nous pouvons encore rallumer la flamme de l’espoir pour les générations à venir..

VISION NATIONALISTE

branding_drapeau_rdc
Je suis naturellement intéressé à chaque fois qu’on parle culture depuis mon enfance au point que je pouvais maîtriser les bribes de l’histoire de ma famille que nous raconter notre défunt père et les informations essentielles sur ma tribu( Mongo).
Devenu adulte, mon approche des choses sur nos cultures s’est étendue sur divers horizons avec mes observations faites dans notre société.
En premier, j’encourage chacun de connaître sa tribu, l’histoire de sa lignée ou famille, tirer des leçons de tout ce que cela nous aurait appris pour en faire des valeurs fondamentales pour nous même et surtout pour les générations qui sortiront de nous. Si chacun s’active à cette première approche, nous allons moins nous plaindre de la dépendance mentale du modèle occidental qui nous a fait plus de mal que de bien( surtout avec la colonisation) et aussi ça nous permettra de bâtir des familles ou des lignées assises sur des valeurs communes, un modèle que j’ai toujours personnellement apprécié des Japonais qui ont fondé leur développement sur des familles qui sont devenues des dynasties caractérisées par leurs valeurs culturelles, je signale en passant que le Japon a été plusieurs fois envahi par les occidentaux et figure parmi les pays les plus développés du monde sans perdre cet équilibre culturel.
congo-rdc
En deuxième, c’est de travailler surtout notre vision patriotique ou nationaliste, de ne pas se contenter de ses origines familiales mais d’entrer dans la perspective communautaire qui consiste à chacun d’entre nous d’être une personne ressource pour le pays quelque soit les tribus des personnes qui sont devant toi ou le milieu moins caractérisé par les gens de ton village, mieux encore aller plus loin dans la vision panafricaine qui consiste à nous regarder comme peuple d’un même territoire puisque les délimitation de nos frontières actuelles sont l’œuvre des colons avec des desseins bien précis qu’ils avaient déjà prédéfinis.
La conséquence de cette vision nationaliste est que chacun sera une solution pour l’autre sans regarder nos différences mais plus se concentrer sur nos points communs dont le plus important est ce merveilleux sol béni de Dieu qu’est le Congo… C’est l’ensemble de petites actions communautaires de chacun qui deviendra une grande chose sur laquelle le pays pourra finalement trouver son élan de développement alors que le modèle copié des occidentaux consiste à rabattre tous nos problèmes aux personnes qui sont au sommet du pays, un modèle qui s’est montré largement défaillant tenant compte du contexte de notre pays et même de l’Afrique.
Nous cherchons ces visionnaires nationalistes en Afrique et le reste se fera tout naturellement.

LinkedIn Learning vs Udemy

udemy_vs_linkeding_learning

LinkedIn Learning est un site web offrant des cours en vidéo par des experts dans chacun des domaines. Anciennement lynda.com, Microsoft a acquis LinkedIn en Décembre 2016.

Udemy est un site internet de formation en ligne à destination des adultes et des étudiants. Il est en ligne depuis mai 2010.
En janvier 2020, le site compte plus de 50 millions d’étudiants et 57 000 cours en 65 langues.

1. Volume des cours
Udemy offre plus de cours que LinkedIn Learning en couvrant un champ des domaines très large.

2. Qualité
LinkedIn Learning est une référence du point de vue qualité du contenu. Ceci est principalement dû au fait que les cours de LinkedIn Learning sont dispensés par des experts du domaine contrairement à Udemy qui donne la
possibilité à tout le monde.

3. Contenu
Compte tenu de la qualité de ses vidéos, LinkedIn Learning est particulièrement plus adapté pour les débutants. Les sujets sont clairement expliqués afin de permettre à tous de s’y imprégner. Par contre les thématiques évoquées sur Udemy sont généralement plus
avancées que celles de LinkedIn Learning.

En conclusion, lorsque je veux me ressourcer dans un domaine je me dirige premièrement vers LinkedIn Learning pour leur professionnalisme (qualté des vidéos et expertise des instructeurs). Par contre si LinkedIn Learning n’offre pas des ressources dans ce domaine, je m’oriente vers Udemy car il couvre beaucoup plus de cours.

LE RESPECT DE LA TERRE

le_respect_de_la_terre

Aussi élevées que peuvent être les ambitions personnelles ou d’un pays, ne jamais négliger l’importance de la terre et tout ce qui se passe autour. Je salue et encourage tous ceux qui comprennent qu’après la pandémie Covid-19 il y a une vie qu’il faut faire valoir et s’investir activement sur la terre est un gage d’avenir vue la tournure économique que le monde est déjà en train de prendre. C’est le seul capital de base sur lequel nos plus grandes initiatives du présent et de l’avenir devront avoir effet pour échapper à la prochaine crise qui sera certainement alimentaires selon plusieurs indicateurs économiques.

Cependant, à ces investissements, il est important qu’on apprenne à respecter nos terres car la terre est l’un des éléments qui font l’identité d’un peuple.la RDC étant une terre contenant plusieurs peuples, nous avons le devoir de connaître nos Terres d’origine, son histoire, ses valeurs et de travailler sur des Projets communautaires à long terme. Loin de toutes les conceptions consistant à diaboliser inutilement nos terres, l’un des grands héritages que les prochaines générations devront savoir c’est de ne pas mépriser leurs terres, de ne pas la vendre au prix des désirs passagers, mais de s y investir pour le bien communautaire. A nos dirigeants politiques, activer des grands projets à caractère agricole c’est bien mais faire participer activement les tenants de ces terres c’est encore mieux car l’État est certes propriétaire administratif des terres, mais une terre va bien au delà des simples papiers c’est une histoire, une culture et un état d’esprit de ceux qui en ont l’héritage ( Ne jamais négliger ce détail qui a fait couler beaucoup de grands projets dans notre pays)

LA RDC, Terre de nos aïeux !!

AUTONOMISATION DES JEUNES EN RDC

autonomisation_des_jeunes_en_rdc

Je sais que parler d’un tel aspect de nos vies beaucoup ne le verront pas en pareille période parce que pris par l’effervescence de l’actualité de notre pays et des crises mondiales qu’on traverse mais croyez moi ça en vaut la peine..

La jeunesse c’est simplement la période où on capitalise tout en espérant maximiser en terme des résultats lorsque cette étape de la vie serait passée, le comble est que cette période est surchargée par autre chose que ce qui lui permet d’être utile au plus vite à l’environnement.

Voyez vous ? Nous passons généralement plus de 20 ans sur le banc de l’école et pour qu’après on se mette encore à réfléchir qu’est ce qu’on peut faire pour avancer?…Donc toutes ces années passées n’aurons presque servi à rien puisque je ne sais toujours pas apporter une plus value.

Personnellement, à chaque fois, que j’arrive à la période de mon anniversaire et que la question sur mon âge est évoquée, beaucoup te trouvent encore trop jeune par rapport à ta vision personnelle sur l’autonomie simplement parce que notre société s’est créée trop de stéréotypes et de clichés sur quand est ce qu’un jeune peut être autonome.

Pour la petite histoire, notre société lorsqu’elle était encore basée sur les royaumes et empires, elle était suffisamment organisée au point où vous pouviez avoir un jeune de 16 ans assumer des grandes responsabilités dans la société simplement parce que nos ancêtres prenaient soin de préparer le jeune garçon ou la jeune fille à une vraie vie autonome.
Hélas après la colonisation, nous avons été déprogrammé à ces valeurs au point qu’aujourd’hui quelqu’un qui a déjà 30 ans continue à être considéré comme un espoir alors qu’à cet âge à temps normal on devait déjà avoir accompli beaucoup de choses pour le bien de la communauté..

Aux parents, je dirais, arrêter de limiter votre vision sur vos enfants au simple fait que quand vous allez mourir vous allez leur laisser des comptes en banques, parcelles et voitures…Tout ceci n’est que de la poudre aux yeux car si les enfants n’ont pas été réellement formé sur la vie et éduqué à l’autonomie, en un laps de temps après votre mort, tous vos biens matériels légués disparaîtront.

Je remercierais toujours mes parents pour cette base qu’ils m’ont donné depuis mon très jeune âge, en particulier ma mère qui avait une Vision de l’autonomie assez claire sur nous(les enfants)…la plupart des mes grandes vacances quand j’étais encore l’école primaire ou aux humanités moi et mes frères, on se créait toujours une activité à faire ( le champs, les petits commerces, jeux vidéos à louer, gestion des boutiques…)
A l’époque je ne pouvais voir l’ampleur de ce coaching, mais aujourd’hui devenu adulte, c’est tout simplement naturel de vivre l’autonomie et de me soucier de plus en plus aux problèmes de la communauté.

J’encourage tous les jeunes qui ne cherchent pas seulement des modèles des personnes autonomes dans les livres ou dans des pays très lointains qui n’ont peut être les mêmes réalités de vie que nous mais regardez autour de vous, vos parents peut être, un grand frère ou une grande sœur qui réussit dans ce qu’il fait, approchez vous et apprenez, ce n’est que de cette façon qu’on va sortir de cette léthargie qui ralentit les jeunes à être au plus vite autonome et permettre au Pays de vite bénéficier d’eux comme ressources humaines adéquates.

Les réalités de l’entreprenariat en RDC

réalités_de_l_entreprenariat_congolais

Plusieurs mythes sur l’entrepreneuriat congolais semblent encore couvrir nos yeux pour être plus idealistes et moins réalistes.
Je suis de ceux qui pensent que le premier problème de l’entrepreneuriat congolais n’est pas d’abord le financement mais un ensemble des prédispositions tant chez la personne qui entreprend que sur les caractéristiques de son environnement pour faciliter son épanouissement.
Faisons un simple constat ensemble, malheureusement nous n’avons pas des structures qualifiées dans notre pays pouvant nous aider à avoir des statistiques sur la problématique des PME, Néanmoins en usant un peu de notre sens d’observation, nous pouvons vite nous rendre compte que les congolais d’une manière générale ont la fibre entrepreunariale, un sens d’initiatives surtout forcé par les circonstances, le nombre des malewa, take away, cabines téléphoniques, vente des omelettes et spaghettis, multiplicité des vendeurs ambulants et même dans les marchés sont des réels indicateurs, surtout que notre économie se repose essentiellement sur ce secteur dit Informel…La période de confinement en 2020 nous a encore permis de voir cette attitude s’est proliférée au pays, particulièrement à Kinshasa mais où se trouve le problème ?

En premier lieu, celui qui entreprend ne voit que le présent et rare pensent au lendemain, on ne mange pas tous les bénéfices, on épargne ou on réinvestit avec une vision de se développer, voilà pourquoi nous voyons des gens prendre des initiatives entrepreunariales mais qui ne sont pas pérennes, un problème d’attitude? De gestion ? De discipline ? Bref une part d’éducation personnelle de celui qui entreprend est le fondement de tout.

En deuxième lieu, l’environnement dans lequel on entreprend joue pour beaucoup.. voilà pourquoi, ne ne suis pas de ceux là qui font vite des comparaisons abusives de ceux qui ont réussis sous d’autres cieux avec les nôtres. Vivre déjà en Afrique en général et au Congo en particulier relève presque d’un exploit, et en plus entreprendre dans un environnement pareil fait de nous des êtres presque surhumains car tout est prédisposé à être difficile et à te rendre la vie dure. C’est à ce niveau que le peu de bonne foi des gouvernants devait agir pour rendre aisée la création des richesses qui devra avoir des retombées positives sur les caisses de l’Etat et du Social du Pays.

Je laisse aussi à toute personne qui a une expérience entrepreneuriale en RDC à partager ses suggestions pour qu’on soit tous aiguisés à contourner les vraies problèmes de notre réalité quotidienne.

Restez connecté

46FansJ'aime
2SuiveursSuivre
8AbonnésS'abonner
loading...

Articles les plus populaires

informatique - frendlyblog

Ce que j’aurais voulu connaître avant de devenir un développeur informatique

0
Il existe beaucoup de clichés sur le métier du développeur informatique. Celui-ci résout ou crée des solutions en un temps record ou encore qui...
udemy_vs_linkeding_learning

LinkedIn Learning vs Udemy

Articles les plus commentés

frendlyblog-cosfac

La Congolaise des Services, Factoring et Crédit-Bail, « COSFAC » organise...

2
La Congolaise des Services, Factoring et Crédit-Bail, « COSFAC » en sigle, organise le 1er Salon Kinshasa Emplois et Entreprenariat pour jeunes du vendredi...
loading...

Restez connecté

46FansJ'aime
0SuiveursSuivre
2SuiveursSuivre
8AbonnésS'abonner