La Congolaise des Services, Factoring et Crédit-Bail, « COSFAC » en sigle, organise le 1er Salon Kinshasa Emplois et Entreprenariat pour jeunes du vendredi 30 avril et 01 mai à l’institut supérieur du commerce, , Isc- Kinshasa, sur l’avenue de la libération, ex. 24 novembre à Kinshasa.

  1. QuidCosfac Sas ?

L’administrateur de la dite structure, Bienheureux Mputu, donne ici la quintessence de cette initiative.

Nous sommes la Congolaise des Services, Factoring et Crédit-Bail, « COSFAC » en sigle, société de droit Congolais créée en Février 2021 et inscrite au RCCM sous le numéro : CD.KNG/RCCM/20-B-00257, Identification Nationale : 01-839-N5787D, N° IMPOT : A2030388D.

  1. A un mois de la formation, voulez-vous nous rappeler à quoi ressemble cet exercice ?

C’est un exercice je dirai, pas facile à exécuter mais pas impossible, nous sommes en train de travailler avec les autres parties prenantes entre autres l’hôtel de ville de Kinshasa, pour finaliser la dernière main.

frendlyblog-dg-cosfac
DG Cosfac
  1. Qu’est-ce que vous visez en organisant une telle session ?

Le Salon Kinshasa Cliniques Emplois et Entrepreneuriat pour les jeunes est l’une des activités phares du Programme Cliniques Emplois et Entrepreneuriat pour les jeunes.

Le Salon est avant tout le lancement officiel du programme, il poursuit les objectifs suivants :

  • Former les jeunes sur la recherche et création d’emplois, les outils et moteurs de recherche de financement,
  • Poser des diagnostics sur la qualité de l’éducation en lien avec le chômage, mettre en relation les initiatives avec les investisseurs,
  • Promouvoir l’entrepreneuriat des et pour jeunes
  • Contribuer à l’autonomisation des jeunes par la formation et création d’emplois
  • Promouvoir les valeurs citoyennes et de bonne gouvernance
  • Mettre en place un mécanisme facilitant la formation, et l’intégration socioprofessionnelle des jeunes universitaires.
  • Plaider pour Obtenir un protocole d’accord avec l’Etat pour que les cliniques Emplois & Entrepreneuriat pour Jeunes soient intensifiées sur l’ensemble du territoire et que l’Etat mette un paquet pour la prise en charge salariale de certains jeunes à placer dans les entreprises privées pour se former
  • Plaider pour Obtenir des subventions de l’Etat et d’autres partenaires étatiques pour accompagner les jeunes entrepreneurs, et créer des micros entreprises pour occuper les jeunes sans profession
  • Mettre en réseau les jeunes entrepreneurs pour les échanges professionnels, regrouper les associations des jeunes par des réseaux d’emplois et entrepreneuriat
  • Communiquer aux jeunes les nouveaux outils à l’ère COVID
  1. Pensez-vous qu’après cette formation qui y participeront pourront bien se défendre une fois dans le marché de l’emploi ?

Bien évidemment, c’est une session de très haut niveau qui doit certainement rester dans les annales du gouvernement avec l’aide de Dieu.

Nous travaillons afin qu’elle soit une réussite parfaite et nous sommes déterminés à immortaliser cet événement.

 

  1. Pourquoi seulement les jeunes ?

Dit-on que la jeunesse c’est l’avenir de demain. Nous partons sur base d’une analyse faite et des données officielles montrent que la République Démocratique du Congo est classée parmi les Etats en situation de fragilité. Malgré son immense potentiel en ressources naturelles, la population est comptée parmi les plus pauvres de la planète avec un taux de pauvreté de 69%, sur environ 84 millions d’habitants dont 62 % soit 52 millions sont des jeunes.

Par ailleurs, le marché du travail au Congo est marqué par un fort disfonctionnement illustré à travers un accès limité des jeunes à l’emploi et à l’insertion professionnelle.

Si nous devons attaquer la pauvreté ou le chômage, les jeunes doivent être impliqués à une importance capitale.

  1. Quel document sanctionne cette session et qu’elle est sa valeur juridique ?

La question est importante, nous n’avons pas pensé à faire des certificats, brevets ou diplômes aux participants, non !

Vous savez c’est l’un des principaux problèmes qui rongent les jeunes universitaires sans profession, les jeunes étudient pour avoir des documents à brandir (diplômes, certificats, brevets), même si au fond de lui il y a l’incompétence les jeunes se contente à porter de papier.

Notre astuce pour le Salon c’est d’opérer les problèmes d’emplois et entrepreneuriat pour les jeunes, doter les jeunes des compétences du niveau international d’abord pour un bon positionnement sur le marché de l’emploi et dans le processus de création à la gestion des entreprises.

  1. Un mot ?

Grand merci pour votre support et intérêt à l’événement, j’invite les jeunes de se mobiliser, en raison d’endiguer la propagation de la COVID-19, nous n’avons que 200 places pour les jeunes sans profession et jeunes entrepreneurs sur un total de 250 places, l’inscription a été revue à 1$ pour les jeunes sans profession et à 20$ pour les jeunes entrepreneurs, je crois c’est une opportunité d’ouverture et de développement, saisissons-la.

Protégeons-nous bien

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici