Plusieurs mythes sur l’entrepreneuriat congolais semblent encore couvrir nos yeux pour être plus idealistes et moins réalistes.
Je suis de ceux qui pensent que le premier problème de l’entrepreneuriat congolais n’est pas d’abord le financement mais un ensemble des prédispositions tant chez la personne qui entreprend que sur les caractéristiques de son environnement pour faciliter son épanouissement.
Faisons un simple constat ensemble, malheureusement nous n’avons pas des structures qualifiées dans notre pays pouvant nous aider à avoir des statistiques sur la problématique des PME, Néanmoins en usant un peu de notre sens d’observation, nous pouvons vite nous rendre compte que les congolais d’une manière générale ont la fibre entrepreunariale, un sens d’initiatives surtout forcé par les circonstances, le nombre des malewa, take away, cabines téléphoniques, vente des omelettes et spaghettis, multiplicité des vendeurs ambulants et même dans les marchés sont des réels indicateurs, surtout que notre économie se repose essentiellement sur ce secteur dit Informel…La période de confinement en 2020 nous a encore permis de voir cette attitude s’est proliférée au pays, particulièrement à Kinshasa mais où se trouve le problème ?

En premier lieu, celui qui entreprend ne voit que le présent et rare pensent au lendemain, on ne mange pas tous les bénéfices, on épargne ou on réinvestit avec une vision de se développer, voilà pourquoi nous voyons des gens prendre des initiatives entrepreunariales mais qui ne sont pas pérennes, un problème d’attitude? De gestion ? De discipline ? Bref une part d’éducation personnelle de celui qui entreprend est le fondement de tout.

En deuxième lieu, l’environnement dans lequel on entreprend joue pour beaucoup.. voilà pourquoi, ne ne suis pas de ceux là qui font vite des comparaisons abusives de ceux qui ont réussis sous d’autres cieux avec les nôtres. Vivre déjà en Afrique en général et au Congo en particulier relève presque d’un exploit, et en plus entreprendre dans un environnement pareil fait de nous des êtres presque surhumains car tout est prédisposé à être difficile et à te rendre la vie dure. C’est à ce niveau que le peu de bonne foi des gouvernants devait agir pour rendre aisée la création des richesses qui devra avoir des retombées positives sur les caisses de l’Etat et du Social du Pays.

Je laisse aussi à toute personne qui a une expérience entrepreneuriale en RDC à partager ses suggestions pour qu’on soit tous aiguisés à contourner les vraies problèmes de notre réalité quotidienne.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici