Je suis naturellement intéressé à chaque fois qu’on parle culture depuis mon enfance au point que je pouvais maîtriser les bribes de l’histoire de ma famille que nous raconter notre défunt père et les informations essentielles sur ma tribu( Mongo).
Devenu adulte, mon approche des choses sur nos cultures s’est étendue sur divers horizons avec mes observations faites dans notre société.
En premier, j’encourage chacun de connaître sa tribu, l’histoire de sa lignée ou famille, tirer des leçons de tout ce que cela nous aurait appris pour en faire des valeurs fondamentales pour nous même et surtout pour les générations qui sortiront de nous. Si chacun s’active à cette première approche, nous allons moins nous plaindre de la dépendance mentale du modèle occidental qui nous a fait plus de mal que de bien( surtout avec la colonisation) et aussi ça nous permettra de bâtir des familles ou des lignées assises sur des valeurs communes, un modèle que j’ai toujours personnellement apprécié des Japonais qui ont fondé leur développement sur des familles qui sont devenues des dynasties caractérisées par leurs valeurs culturelles, je signale en passant que le Japon a été plusieurs fois envahi par les occidentaux et figure parmi les pays les plus développés du monde sans perdre cet équilibre culturel.
congo-rdc
En deuxième, c’est de travailler surtout notre vision patriotique ou nationaliste, de ne pas se contenter de ses origines familiales mais d’entrer dans la perspective communautaire qui consiste à chacun d’entre nous d’être une personne ressource pour le pays quelque soit les tribus des personnes qui sont devant toi ou le milieu moins caractérisé par les gens de ton village, mieux encore aller plus loin dans la vision panafricaine qui consiste à nous regarder comme peuple d’un même territoire puisque les délimitation de nos frontières actuelles sont l’œuvre des colons avec des desseins bien précis qu’ils avaient déjà prédéfinis.
La conséquence de cette vision nationaliste est que chacun sera une solution pour l’autre sans regarder nos différences mais plus se concentrer sur nos points communs dont le plus important est ce merveilleux sol béni de Dieu qu’est le Congo… C’est l’ensemble de petites actions communautaires de chacun qui deviendra une grande chose sur laquelle le pays pourra finalement trouver son élan de développement alors que le modèle copié des occidentaux consiste à rabattre tous nos problèmes aux personnes qui sont au sommet du pays, un modèle qui s’est montré largement défaillant tenant compte du contexte de notre pays et même de l’Afrique.
Nous cherchons ces visionnaires nationalistes en Afrique et le reste se fera tout naturellement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici